Qui suis-je ?


Mon Histoire

 

 

 

J’ai grandi dans une maison où les bibliothèques débordaient de livres en tout genre : littérature, beaux-livres, romans historiques, atlas, BD… Il y avait également de nombreux ouvrages et magazines pour nous, les enfants. L’incitation à la lecture était là. J’ai de beaux souvenirs d'après-midis de vacances passés à lire, allongée dans l'herbe au soleil.

 

Très tôt, l’écriture est venue cohabiter dans cet univers de papier, de mots et de lettres. Un journal intime d’adolescente pour commencer, puis des articles de journaux factices, de petits poèmes… juste pour le plaisir. A ce moment-là, la vocation de journaliste fut à deux doigts de m’emporter.

 

J’ai quitté la grande ville assez jeune. De la maison de vacances familiale où je m’étais installée, j’écrivais de longues lettres à mes parents et frères et sœurs sous forme de calligrammes, rébus et romans-fleuves, leur narrant ainsi mes péripéties quotidiennes.

 

Mes choix professionnels se sont faits dans le domaine de la culture : du patrimoine culturel aux arts plastiques, à l’écart donc du journalisme. Cependant, l’écriture y fut toujours en bonne place, mais… bien moins créative : rapports, dossiers de subventions, éditoriaux, discours… !

 

En parallèle de mes activités professionnelles, la photographie a très tôt pris une place importante dans mon parcours. Non pas en tant que photographe moi-même - bien que j’aie toujours eu un appareil photo à portée de main -, mais bien plutôt à travers l’aventure passionnante de l’association Pour l’Instant, devenue Villa Pérochon - Centre d’art contemporain photographique d’intérêt national, installée à Niort. J’en suis un des membres fondateurs et je l’ai présidée durant 25 ans, jusqu’en 2019. Devenue depuis présidente d’honneur, je reste associée aux travaux du conseil d’administration que je continue à suivre de près.

 

Il y a quelques années, j’ai souhaité redonner plus de place à mes passions dans mes activités professionnelles. Au début, le métier de biographe était loin de mes pensées, ce sont des évènements au sein de ma famille m’ont mis le pied à l’étrier. En débutant des interviews de mes parents pour conserver le récit de leur vie romanesque, un déclic s’est produit.

 

Rédiger des biographies, des portraits de personnalités, des récits de parcours, c’est rencontrer l’autre, se mettre à son écoute et… écrire. Ce sont toutes mes passions que je retrouve en un seul métier dont j’ai appris les bases en me formant auprès d’Aleph-écriture à Paris.

 

J’ai commencé par des biographies d’artistes photographes (pour garder le lien avec cette autre passion), puis par des petits portraits - un peu facétieux - de plasticiens et des notices destinées à leur page Wikipédia. Récemment, j’ai abordé la restitution d’un récit d’éléments biographiques à destination d’un travail thérapeutique. Une expérience enrichissante.

 

Sensible à la transmission de la mémoire et particulièrement à celle de nos « aînés » et à leur place dans notre société actuelle, je porte un projet sur la collecte de récits de vie des personnes âgées placées en institution.

 

L’aventure se poursuit depuis.

 


Pourquoi le crocodile ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On associe au crocodile la symbolique de la force, de l'intelligence, du cycle vie-mort-renaissance mais aussi de la protection, du savoir, de la patience et de la discrétion. Toutes qualités en parfaite adéquation avec le métier de biographe.

 

La plume quant à elle, c’est bien sûr celle de l’écrivain. C’est aussi la plume de l’oiseau qui vient faire contrepoint à la pesanteur du saurien et lui apporte un souffle de légèreté.